•  

      

    Tim FERGUS

    Biographie de Jim Fergus

      

      

    Jim Fergus est né à Chicago mais a vécu en Floride jusqu'à l'âge de trente ans. Passionné de littérature, il choisit d'enseigner le tennis le temps de déterminer sa vocation définitive. Pour vivre au plus près de la nature, il s'installe dans le Colorado, et parcourt avec ses labradors les grands espaces.

      

    Il se consacre alors à la chasse, se prend d'intérêt pour les Indiens et découvre la culture Cheyenne. Pour gagner sa vie, il s'essaie au journalisme et écrit des articles sur la gastronomie, la chasse, la pêche et la nature dans les magazines 'Newsweek', 'The Paris Review', 'Esquire sportmen', 'Outdoor Life', etc.

      

    Ses articles lui donnent l'occasion de rencontrer Robert Redford et Jim Harrison qui l'encouragent à poursuivre ses travaux d'écriture. 'Mille femmes blanches' est son premier roman. Les publics français et américain sont conquis, et le livre obtient en 2000 le prix du premier roman étranger.

     

    'La fille sauvage' (Cherche-Midi, 2004) met en scène une jeune apache. Pour son troisième roman, sur lequel il travaille, Jim Fergus a choisi de livrer des souvenirs personnels.

     

     Résumé 

    Accompagné d'une délégation d'hommes de sa tribu, le " chef et grand homme-médecine " cheyenne Little Wolf entreprit au mois de septembre de l'année 1874 de traverser les terres américaines jusqu'à Washington dans l'intention expresse de négocier une paix durable avec les Blancs.

      

    Le chef indien fut reçu avec la pompe normalement déployée pour un chef d'Etat étranger.

    Le Chef alla droit à l'essentiel :

      

    " A cause du mal que vous avez apporté avec vous nous sommes maintenant peu nombreux.

      

    Le peuple disparaîtra bientôt comme les bisons de notre pays.

    C'est pourquoi nous avons l'honneur de demander le présent de mille femmes blanches.

      

    Nous les épouserons afin d'apprendre, à nous et à nos descendants, la vie nouvelle qu'il nous faudra mener quand le bison aura disparu.

      

    En échange des mille femmes blanches que vous nous confierez nous vous donnerons mille chevaux ".

     

    Après la tempête que cette proposition avait soulevée, le président et ses conseillers reconnurent en privé que le projet d'intégration prôné par Little Wolf n'était pas dénué d'un certain sens pratique.

      

    Ainsi naquit le programme secret " Femmes Blanches pour les Indiens " ou FBI comme on l'appela dans le cercle présidentiel.

     

    Les hommes du président apaisèrent leur mauvaise conscience en stipulant que les femmes associées à l'audacieux projet seraient toutes volontaires et qu'elles bénéficieraient de la tutelle de l'Eglise.

    On alla donc recruter des femmes dans les prisons et les pénitenciers, auprès des insolvables et dans les asiles de fous.

      

    On leur offrit l'absolution ou la liberté sans condition, sous réserve, biens sûr, de s'enrôler. Au début de mars 1875 des convois semblables quittèrent les gares de New York, Boston, Philadelphie et Chicago.

    Le 23 mars 1875, une jeune femme répondant au nom de May Dodd fêtait son vingt-cinquième anniversaire. Ancienne patiente de l'asile d'aliénés privé de Lake Forest, elle prit place avec 47 autres volontaires dans un train à destination de Camp Robinson dans le territoire du Nebraska.

     

    Les journaux intimes de May Dodd, retrouvés à la réserve indienne de Tongue River, au sud-est du Montana, témoignent de son aventure parmi les Cheyennes.

     

    " Aujourd'hui je m'apprête à tourner le dos à un passé sombre et agité, pour faire place à un avenir terrifiant, incertain.

     

    Ma famille m'a placée dans un asile d'aliénés parce que je l'ai quittée pour vivre hors des liens du mariage avec un homme qu'elle considérait d'un rang inférieur au mien. Ils m'ont arrachée à lui et à mes deux enfants.

     

    Aujourd'hui le prix à payer pour échapper à l'enfer quotidien de l'hôpital me semble relativement modeste.

      

    C'est ainsi que nous avons entrepris ce long voyage.

      

    Ce pays extraordinaire qui défile sous mes yeux j'en subis la fascination, la solitude, la désolation.

      

    Après le long confinement que j'ai enduré, le spectacle d'une telle liberté me paraît plus merveilleux encore.

     

    Nous voilà enfin à Fort Laramie, l'endroit le plus sale, le plus misérable, le plus perdu que Dieu ait bien voulu nous donner !

     

    Aujourd'hui j'ai pu m'asseoir à la table du capitaine John G. Bourke, à qui la responsabilité de notre groupe a été confiée jusqu'au terme de ce voyage.

      

    Le capitaine n'ignore rien de la vraie nature de notre mission - ce qui n'implique pas pour autant qu'il approuve.

      

    S'il n'est âgé que de vingt-sept ans, le capitaine Bourke est déjà un officier de haut rang, héros de guerre, décoré de la Médaille d'Honneur. Issu d'une bonne famille bourgeoise de Philadelphie, c'est un gentleman accompli et fort cultivé. Il respire l'intelligence et la sensibilité.

      

    Voilà que promise à un homme que je ne connais pas encore, je m'éprends d'un autre que je ne peux avoir.

     

    Nous reprenons enfin la route, dans des chariots à mules, escortées par l'énergique compagnie que dirige le capitaine Bourke.

      

    Le printemps resplendissant offre aujourd'hui une touche réjouissante à notre difficile traversée.

      

    Ce soir au dîner, dans la tente du " mess ", la conversation a tourné une fois de plus autour des Cheyennes.

     

    alt=Description de cette image, également commentée ci-après

    Le Chef Wolf Robe

      

      

    Le capitaine admet, quoique avec mauvaise grâce, que leur tribu fait montre d'une certaine supériorité sur les autres races d'Indiens d'Amérique.

      

    C'est un peuple élégant, fier et indépendant qui est resté fidèle à lui-même autant qu'il a pu malgré les vicissitudes du temps.

      

    Bien plus que les autres tribus, quelles qu'elles soient, les Cheyennes ont évité les missionnaires, les agences indiennes de l'état et, de façon générale, tout contact avec les Blancs. Ce qui leur a permis de moins se " dégrader " que les autres.

    Ce soir là je fus invitée dans la tente du capitaine et la chose prit quelque allure de scandale dans notre petite communauté, bien que la soirée se poursuivit en toute innocence… ou quasiment…car nous sommes l'un et l'autre bien conscients de la nature de nos sentiments. Passer du temps ensemble équivaut à souffler sur les braises de ce qui ne doit pas être. Nous nous sommes toutefois contentés de la lecture de Shakespeare.

     

    Seigneur Dieu, nous les avons vus aujourd'hui ! Notre peuple adoptif.

      

    Une escouade est venue nous examiner comme on le ferait d'un lot de marchandise, ce que de fait, nous sommes précisément.

      

    J'ai réussi à distinguer 53 individus, tous des hommes, chevauchant des montures dont ils semblaient le prolongement naturel. Ils ont fait irruption comme les membres d'un seul corps, un diable de poussière galopant et tourbillonnant.

      

    Les Indiens étaient seulement venus inspecter notre contingent, juste avant notre " transfert ". Un terme bien peu romantique, s'il en est !

      

    Les Cheyennes viendront nous chercher demain peu après le lever du soleil.

     

    Le capitaine Bourke m'a fait chercher et a essayé de me faire renoncer à cette folie. Son désarroi semblait si sincère.

      

    Ce soir là le capitaine et moi nous nous somme laissé emporter par la force de nos sentiments….

      

    Quelle étrange propension est donc la mienne, de m'attacher aux hommes pour lesquels je ne suis pas faite : un contremaître d'usine, un capitaine d'armée, catholique et fiancé, et demain un chef indien.

      

    Bon Dieu, je suis peut-être folle après tout…

     

    Je vais être l'épouse du chef, car le premier homme de la tribu m'a choisie pour femme. Il s'appelle Little Wolf, le même qui a été reçu par le président Grant.

      

    Je dois dire que, au regard des autres sauvages, il n'est pas vraiment désagréable à regarder.

      

      

    Ce n'est plus un jeune homme et il doit avoir quelques années de plus que moi…., disons la quarantaine.

      

    Mais en parfaite santé, physiquement superbe, avec des yeux très sombres, presque noirs, des traits puissants et l'allure farouche d'un loup. Il me paraît cependant être un homme bon, dont le parler élégant et doux me ferait presque oublier la laideur de la langue indienne.

     

     

    Tim FERGUS

      Femme sioux - Alice Lone Bear.

    Je crains que le capitaine n'ait eu raison, toute cette affaire n'est que folie. Une grave erreur. C'est exactement comme si je m'étais installée dans une tanière avec une bande de loups.

      

    Je trouve au-delà de toute perversité de devoir partager une tante avec en sus de mon futur mari, ses deux autres épouses, une vieille bique et une jeune femme, un garçonnet et un bébé.

      

    Je saurais difficilement décrire l'odeur de tous ces corps si proches les uns des autres.

      

    Le sentiment que j'éprouve est d'avoir mis les pieds dans une autre forme d'asile, celui-ci étant le saint des saints de la folie.

    Je me réveille seulement de cette expérience. Je ne me retrouve pas, j'ai peur de ne plus jamais être le même.

    La nuit de mon mariage j'ai été droguée, tous mes sens assaillis, et moi-même dénudée jusqu'à l'essence de mon être, jusqu'à mon cœur sauvage et animal.

    Mes coépouses avaient confectionné à mon intention la plus belle robe de mariée qu'il m'ait été donné de contempler - cousue de fil de tendon, délicatement brodée, parée de perles, de piquants de porc-épic, et teinte de fort jolis motifs de différentes couleurs extraites de racines.

      

    Si nous avons cru être parées des plus beaux costumes et de plus belles peintures, nos hommes étaient habillés et grimés de manière plus fantastique encore. Mes amies et moi restions ensemble, par petits groupes, collées les unes aux autres comme des poussins effrayés. Voilà bien à quoi nous ressemblions avec nos visages peints et nos robes de toutes les couleurs.

    La musique… son rythme bat encore dans ma tête, pulse le long de mes membres, les danseurs tourbillonnent à la lumière des feux, sur les crêtes et les collines, les coyotes reprennent et anticipent la même scansion du clair de lune.

      

    Même notre asile d'aliénés, un jour de déchaînement n'aurait jamais suffi à nous préparer un tel spectacle.

     

    Un enfant grandit dans mon corps.

    Est-ce possible ? Ou n'est-ce également un rêve ?

    Le lendemain de nos épousailles, mon époux et moi, nous partîmes au loin. Je n'avais aucune appréhension à quitter le village.

      

    Je me sentais parfaitement protégée, à l'abri du danger en compagnie de mon mari. Notre nouveau monde me semblait ce matin-là d'une douceur indicible.

      

    Nous sommes restés près du feu la moitié de la nuit à converser, moi en anglais, lui dans son algonquin natal.

      

    Et c'est sans doute nos cœurs, à défaut de nos esprits, qui se sont entendus.

    Si Harry a été l'étincelle, vive mais capricieuse, qui révéla ma féminité, John Bourke fut l'étoile de mes vœux, intense et éclatante.

      

    Maintenant voici Little Wolf, le feu de mon foyer, qui m'offre sa chaleur et sa sécurité… cet homme est mon mari et je serai pour lui une épouse fidèle et bonne. Je donnerai le jour à ses enfants.

    Après notre retour au camp, des visiteurs du Sud, des " parents " cheyennes sont arrivés et le village est en pleine effervescence.

      

    Les festivités marquent le début de la saison de la chasse.

      

    Les sauvages aiment organiser des fêtes au moindre prétexte.

      

    Seminole, un sang mêlé qui me reluquait avec une expression écœurante d'équivoque familiarité, leur offrit du whiskey.

      

    Jamais je n'ai vu des hommes passer aussi rapidement d'un état à un autre.

    J'appris cette nuit-là que non seulement les sauvages sont esclaves du whiskey, mais en plus ils le supportent terriblement mal.

    Des feux de joie essaimaient partout, des bagarres éclataient, les danses prenaient une allure dépravée sur une musique hystérique qu'on aurait cru sortie des entrailles de l'enfer.

     

    Le révérend chez qui nous nous étions réfugiées nous dit " Le whiskey est l'arme avec laquelle Satan s'empare de leur âme.

    Ca les rend fous. Vous n'imaginez pas les atrocités dont ils sont capables dans cet état. Ils n'ont plus de limites.

      

    Le seul espoir, la seule défense possible, consiste à se faire totalement invisible à leurs yeux. "

     

    Si l'enfer est sur terre, j'ai bien cru cette nuit parcourir ses labyrinthes en m'enfonçant une nouvelle fois dans le camp. Comme si le monde entier venait, au sens religieux du terme, de perdre la grâce, comme si l'on nous avait abandonnées ici pour assister à son avilissement final.

      

    Jamais encore je n'avais ressenti aussi âprement la précarité de notre situation.

      

    Des viols furent perpétrés cette nuit là et sans l'intervention de mon amie Gertie, j'aurais moi-même subi le même sort.

     

    A l'aube un étrange silence avait recouvert le camp. Tout semblait à nouveau calme, paisible, comme si la terre ne devait être qu'un vaisseau sur l'eau, parvenant à retrouver son équilibre après une nuit de tempête.

    Cela fait maintenant plusieurs semaines que nous voyageons. Nos déambulations peuvent paraître erratiques, mais elles suivent une logique bien établie.

      

    Les camps s'organisent et se déplacent avec une efficacité qui me rappelle les histoires que ma Mère me racontait à propos de bohémiens d'Europe.

      

    Nous sommes presque devenues des vraies indigènes, on a peine à nous distinguer de nos sœurs cheyennes et nous aurons bientôt la même couleur de peau.

    La chasse s'est révélée fructueuse et notre " garde-manger " est plein, non seulement de viande de bison, mais aussi de wapiti, de daim, d'antilope, de différents petits gibiers, et de truites !

      

    Nous disposons déjà d'une vaste quantité de peux, qui assureront le confort de la tribu ou serviront plus tard de monnaie d'échange dans les comptoirs où nous nous approvisionnerons en café, sucre, tabac, tissus, poudre à canon, bijoux, ustensiles de cuisine et autres produits de notre culture qui ont la faveur des Indiens.

     

    Sur les rives du fleuve Tongue des guerriers Crows, les ennemis ancestraux des Cheyennes, nous sont tombés dessus alors que nous trouvions seules au bord de l'eau. Ils nous ont enlevées, battues, violées. Je ne sais d'où, à un moment donné le couteau est sorti.

      

    Je vis seulement la lame briller dans la main de la petite Sara, puis s'enfoncer dans la gorge de l'homme qui se couchait sur elle. Il émit un gargouillis de stupeur, se débattit pour saisir la poignée de l'arme et parvint finalement à la déloger de son cou d'où le sang coulait en cascade. Mais avant de retomber mort sur la jeune femme, il réussit dans un dernier souffle à l'égorger à son tour et toute vie s'évanouit de Sara. Terrible instant.

     

    Les Cheyennes ont attaqué à l'aube après ce qui fut le plus terrible vingt-quatre heures de nos vies.

      

    Les Crows avaient à peine quitté leurs abris qu'ils étaient déjà abattus, massacrés dans le tumulte de leurs cris de surprise et les hurlements meurtriers des nôtres.

      

    Menant lui-même la charge, mon mari Little Wolf n'avait plus rien d'un homme : incarnation du dieu de la vengeance, c'était un animal, un ours sans peur et sans pitié. Mû par une fureur divine, armé d'un bouclier et d'une lance, il fondit à cheval sur l'ennemi.

    Nous voilà repartis. Nous avons fait une halte à Fort Laramie où notre convoi s'est arrêté pour faire un troc au fort.

    J'ai revu le capitaine John Bourke qui m'a chargée de convaincre mon mari de livrer son peuple à l'Agence indienne avant l'hiver. " Maintenant on dit qu'il y a de l'or dans les Black Hills. Ca va être la ruée, dit-il.

    Tous les prospecteurs, les colons, les boutiquiers, les filles de joie, vont demander à l'armée de les protéger des Indiens.

    Ces terres appartiennent aux Sioux et aux Cheyennes.

    Ils peuvent s'y déplacer et chasser tant qu'ils veulent.

    Les Indiens ne vont pas apprécier de voir des Blancs se mettre à courir dans tous les sens, tirer des coups de feu partout et effrayer les bisons et le gibier. Ca va être la guerre. Je ne veux pas que vous restiez au milieu de tout cela ". Le capitaine paraissait préoccupé.

    " Je ne veux pas quitter mes amies ".

    Lui ai-je répondu. Nous partons ce matin. Je suis une squaw.

    Plus nettement que jamais, j'ai pris conscience ce matin dans le vent persistant que mon engagement personnel était pour toujours scellé par le petit cœur qui battait maintenant dans mon ventre ; qu'il m'aurait été inconcevable de rester au fort, quand bien même j'en aurais eu envie.

      

    Et cependant je me fais l'avocate d'une soumission paisible, dans l'intérêt d'un avenir harmonieux - et c'est sans doute une vision idéaliste que j'entretiens car elle est, il est vrai, sans précédent dans l'histoire de l'humanité. Mon amie Phemie, de son côté, prend parti pour la résistance, l'intransigeance - elle milite auprès de son mari et de sa société guerrière contre le principe de la réserve, contre l'invasion de l'homme blanc, contre l'armée américaine.

    Tim FERGUS

    Je n'ai jamais rien vu de plus beau que ces Black Hills. Couvertes de pin, de sapin, de genévriers, elles foisonnent de toute sorte de gibier. Nous campons depuis plusieurs jours à proximité de la montagne appelée Novanose. Les sauvages s'adonnent ici à de nombreux rites religieux - fêtes, danses, transes, recherche de visions et hallucinations.

      

    Les tambours résonnent quasiment sans cesse.

      

    Un grand nombre de ces cérémonies sont trop élaborées, trop complexes pour être comprise par le néophyte. Les jeune procèdent à différentes mutilations de leur corps, aussi révoltantes les une que les autres. Nous avons fourni des efforts considérables pour nous adapter à cette nouvelle vie, nous accommoder d'une autre religion, mais ces pratiques primitives ne peuvent qu'inspirer de dégoût et la répulsion à un être civilisé.

    Enfin ce fut un vrai retour au pays que de retrouver le campement d'hiver. Notre campement d'hiver est situé dans une ravissante vallée herbeuse au confluent de Willow Creek et de la partie supérieure de la Powder River. La vallée semble offrir tout ce dont nous pouvons avoir besoin - assez d'herbe pour les chevaux, de l'eau vive et une ample réserve de bois et de peuplier pour le feu.

      

    Plusieurs importants troupeaux de bisons, ayant eux aussi domicilié leurs quartiers d'hiver dans le voisinage, paissent avec la placidité des vaches domestiques dans les riches pâtures automnales.

     

    Tim FERGUS

    Ma fille est née et ce n'est pas une Indienne.

      

    C'est un petit bébé blanc, elle a la peau claire et les joues roses des Irlandaises. Dieu du ciel, c'est l'enfant de John Bourke ! Little Wolf accepte naïvement que l'enfant soit le sien.

      

    " Maheo, dit-il, nous a envoyé un petit bébé Jésus Blanc pour guider notre peuple vers la terre promise ".

    Le peuple a fini par composer une religion hybride qui emprunte à la fois à leurs croyances et au christianisme et ce n'est pas plus absurde qu'autre chose.

     

    Voici donc que mon bébé que j'ai appelé Wren, la propre fille de John Bourke, est considéré comme un enfant sacré. On l'a nommée " Celle Qui Vient Nous Sauver ". Maheo, Dieu lui-même, a voulu offrir au Peuple cheyenne une petite Blanche qui ouvrira les portes d'un nouveau monde à la prochaine génération.

    Ce matin Gertie est venue nous informer que les troupes de Crook avec 350 éclaireurs indiens avec eux, des Indiens que l'on nomme " les loups " parce qu'ils sont passé de l'autre côté, se dirigent vers notre campement. Ils sont chargés d'éliminer tous les Indiens hostiles de la région.

      

    Tous ceux qui ne se sont pas rendus à l'Agence au premier février sont par définition considérés comme hostiles.

      

    Dans une lettre que le capitaine m'a fait remettre par Gertie il nous somme de quitter le campement aussi vite que possible et de nous diriger vers le Fort Fetterman. Si nous restons l'armée ne fera pas de quartier.

    Little Wolf a tenu conseil. Nous partirons vers le Fort dès que le temps le permettra. Pour l'instant nous avons déployé un drapeau blanc en haut d'une loge au milieu du camp.

    Cette fois, tout est vraiment fini. Dès les premières lueurs du jour, telle la main vengeresse du Tout-puissant, les soldats ont fondu sur nous. J'ai reçu un coup de feu, j'ai peur de mourir vite, le village est détruit, incendié, le Peuple nu est parti se réfugier en courant dans les collines et se tapir dans les rochers comme des animaux.

    J'ai assez écrit et j'ai besoin de fermer les yeux un instant…

    Je suis tellement fatiguée…

    J'ai confié mon enfant à Marthe afin qu'elle le sauve, moi je ne puis plus me déplacer.

    J'attendrai ici qu'elle revienne avec le capitaine.

    Je lui ai également demandé de dire au capitaine " Bien avisé le père qui reconnaît son enfant… ". Je suis sûre qu'il comprendra.

     

    Ainsi se terminent les carnets de May Dodd. Bien des années plus tard, après un demi siècle, un jeune homme cheyenne du nom de Harold Wild Plums qui vit dans la proche réserve indienne de la Tongue River, les a un jour apportés à l'Abbé Antony de la Prairie qui était le père spirituel des femmes blanches à l'époque où le massacre s'est produit.

    Le jeune homme n'était autre que le petit-fils de May, le fils de Wren, il venait demander au moine d'écrire la fin de l'histoire sur les pages restées vierges du dernier carnet.

    L'abbé raconta comment, au matin de l'assaut, voyant son habit de moine, les soldats l'avaient épargné. Et c'est ainsi qu'il avait marché dans ce théâtre de mort et de destruction, cet enfer déchaîné sur terre.

      

    Il avait découvert May, morte adossée à la paroi rocheuse d'une grotte où elle s'était réfugiée. Tous les enfants nés des femmes blanches avaient péri à l'exception de deux : Wren, la fille de May et le fils de Marthe.

    Little Wolf fut blessé sept fois au matin de l'attaque, mais il survécut. Avec ses deux épouses qui avaient emmené Wren il conduisit sa bande de réfugiés de l'autre côté de la montagne.

      

    Les Cheyennes n'avaient plus rien. Leur esprit était brisé. Moins d'un mois plus tard, un grand nombre d'entre eux partit en désordre se rendre au Camp Robinson.

    Ses descendants vivent désormais dans une des HLM de béton du Ministère de l'Urbanisme dans la ville de Lame, au Montana située dans la réserve de Tongue River.

    Cela ressemble à un ghetto.

    Tim FERGUS

     

    Commentaires 

     

    Né en 1950 d'une mère française et d'un père américain, Jim Fergus, chasseur, pêcheur et cuisinier hors pair, est chroniqueur dans de nombreux journaux américains.

      

    Il a sillonné seul avec ses chiens le Middle West pendant plusieurs mois, sur les pistes des Cheyennes afin d'écrire ce livre. Mille femmes blanches est son premier roman est a obtenu le prix Femina du premier roman étranger.

     

    Cette épopée fabuleusement romanesque, qui s'inscrit dans la grande saga de l'Ouest américain, a été un événement lors de sa publication aux Etats-Unis. Elle a été encensée par les plus grand écrivains américains, dont Jim Harrison qui a salué " ce roman splendide, puissant et exaltant ".

      

    Les droits de ce livre ont été achetés par Hollywood.

    En 1875, un chef cheyenne demanda au président Grant de lui faire présent de mille femmes blanches à marier à mille de ses guerriers afin de favoriser l'insertion et de parvenir à une réduction des belligérances.

      

    Prenant pour point de départ ce fait historique, Jim Fergus retrace à travers les carnets intimes d'une de ces femmes blanches, les aventures dans les terres sauvages de l'Ouest de ces femmes recrutées pour la plupart dans les prisons ou les asiles psychiatriques. C'est à la fois un magnifique portrait de femme qu'il nous offre ainsi, un chant d'amour pour le peuple indien, et une condamnation sans appel de la politique indienne du gouvernement d'alors.

     

    Au début du livre le petit-fils de May raconte que personne dans sa famille ne lui avait jamais parlé de son arrière grand-mère May.

    Elevé dans les clubs de la haute bourgeoisie et dans les plus prestigieuses écoles, Will Dodd est devenu journaliste et rédacteur en chef du magazine local.

      

    En faisant des recherches pour un article sur les vieilles familles de Chicago, il a eu vent de la rumeur selon laquelle sa grand-mère May serait partie vivre avec les Indiens.

      

    Il faut dire qu'à la formule à la maison était devenue un euphémisme d'insanité. C'est à cette époque que Will avait décidé de retracer l'itinéraire complexe de son aïeule May. Ses recherches finirent par l'amener à la réserve indienne de Tongue River, au sud est du Montana. Ici il retrouva le petit-fils de May et de Little Wolf qui lui remit les carnets de sa grand-mère.

    Les carnets racontent d'abord la vie de May à l'asile d'aliénés où elle a été enfermée par sa propre famille, furieuse de l'avoir vue se lier avec un homme sans rang. A propos de sa vie à l'hôpital Maiy Dodd raconte " Vous me dites que je n'ai pas idée de la vie qui m'attend chez les sauvages, mais vous n'imaginez pas non plus celle que j'ai du subir.

      

    Quand chaque jour est la réplique exacte du précédent, qu'ils forment une chaîne sans fin de semaines sans soleil, sans espoir. Quoique que je trouve dans ce monde nouveau et étranger, ça ne peut pas être pire que l'ennui et la mélancolie de l'asile. Je n'y retournerai jamais. Je mourrai plutôt. "

    May est une jeune femme qui a l'habitude de suivre des voies peu conformistes, voire décriées, elle s'en fait même un plaisir et vu comme elle a été traitée par les gens soi-disant civilisés elle n'a pas tellement peur d'aller vivre chez les sauvages.

    A partir de ce moment-là elle décide de vivre chaque journée comme elle vient, et refuser tant les regrets que les inquiétudes pour l'avenir. Elle pense que de toute façon elle n'a aucun pouvoir sur hier ni sur demain et elle croit que pour rester saine d'esprit elle ne doit surtout pas chercher refuge dans le passé…cela reviendrait autrement à sombrer dans la folie.

    Chez les sauvages elle s'aperçoit qu'ils sont eux aussi rigoureusement à cheval sur le protocole.

      

    Et elle se rend compte qu'il se passe rarement de journées sans qu'elle viole quelque tabou bizarre, culturel ou autre.

      

    Comme de par le passé, prête à faire toute sorte de vagues sur le terrain des conventions, elle devient le cheveu sur la soupe de la bonne société sauvage. Et elle finit par être considérée comme celle par qui le scandale arrive.

    L'exemple de son père - aîné de l'Eglise presbytérienne, mais l'homme le moins chrétien qu'elle ait connu - lui a valu une forme de causticité à l'égard de toutes les religions organisées. Intrépide, téméraire, en toute occasion elle fait preuve de courage.

    Lorsqu'elle rencontre le capitaine Bourke et qu'elle s'éprend de lui elle ne culpabilise pas et suit l'appel de ses sens.

    Dans ses carnets elle nous parle beaucoup des Cheyennes évidemment.

    Les Cheyennes ont la réputation chez les autres tribus de compter parmi eux les plus beaux hommes des plaines, et les femmes les plus vertueuses. Les Cheyennes vivent en communautés restreintes qui se rassemblent à différents moments de l'année, d'une façon similaire aux grands vols d'oies migratrices. Dès le début elle comprend que ce sont des gens d'une terre différente et plus ancienne.

     

    Tim FERGUS

      

    Les Indiens sont un peuple démocratique et un peuple formidablement tolérant. May raconte

    " Si certaines de nos manières ou de nos coutumes semblent perpétuellement les amuser, ils n'ont encore jamais fait mine de les condamner ou de nous censurer. Ils se sont jusqu'ici montrés simplement curieux, mais toujours respectueux ".

    Contrairement au nôtres, les bébés indiens ne pleurent pas ; on dirait de petits paons décidés à ne faire aucun bruit pour ne pas trahir leur présence.

    Certains Cheyennes ont une connaissance limitée de la langue anglaise. Plus nombreux sont ceux qui parlent assez couramment un genre de français abâtardi, appris autrefois au contact de trappeurs et de marchands français, et qui, au fil des générations, a pris la forme d'un curieux patois, difficilement compréhensible pour nous.

    Les Cheyennes sont un peuple de chasseurs et de marchands, c'est pourquoi leurs trousseaux ne sont pas si différents des nôtres.

      

    On trouve chez eux, par exemple, des tissus, des couvertures, des boutons, ainsi que d'autres articles "" importés ". Au point que certains hommes se parent, assez ridiculement d'ailleurs, de tout un bric-à-brac mal assorti, récupéré chez les Blancs : vieux uniformes de l'armée et différents chapeaux, difformes et découpés.

    Les plumes d'aigle jaillissent du fond troué ! Les Indiens ainsi accoutrés ont tout l'air de petits enfants déguisés ; ils ressemblent plus aux clowns d'un carnaval qu'à des guerriers, leurs costumes hybrides empruntant différemment aux deux cultures.

     

    Lors de la cérémonie de mariage le Chef Little Wolf était splendide. Coiffé de cornes de bison, de plumes noires de corbeau tout autour de sa tête, elles-mêmes cernées d'une rangée de plumes d'aigles qui couraient le long de son dos comme deux grandes ailes.

      

    Il avait revêtu d'impeccables mocassins neufs, une fine tunique de peau de biche artistiquement décorée avec des cheveux humains. Il portait sur les épaules une cape de bison, teinte en rouge, sur laquelle étaient imprimés toutes sortes de motifs complexes.

      

    C'était l'image de l'Indien dans toute sa splendeur.

    Afin de se protéger du soleil brûlant de la prairie ils s'enduisent d'une concoction à base d'argile rouge sombre et de graisse ou de suif.

    L'origine du mot Peau-Rouge viendrait de cette coutume.

    Mais ils utilisent aussi une argile blanche et ceux qui la revêtent prennent alors une allure fantomatique.

    Un Cheyenne n'a pas le droit de tuer un membre de sa tribu.

    C'est ici le plus grand péché que puisse commettre un homme.

      

    A la fin du roman Little Wolf, pris de boisson, tua Jules Séminole (le sang mêlé qui avait à plusieurs reprises tenté de violer May).

      

    En punition de son crime il fut destitué de son statut de Chef de la Douce Médecine et il fut banni de son peuple.

    Les Cheyennes étaient un peuple riche. Ils possédaient beaucoup de chevaux, qu'ils allaient parfois voler chez leurs ennemis les Indiens Crows.

    May dit que si les Indiens ont peu contribué à la littérature et aux arts de ce monde, c'est sans doute qu'ils sont trop occupés à vivre - à voyager, chasser, travailler - pour trouver le temps nécessaire à en faire le récit ou à méditer sur eux-mêmes.

    Les sauvages ont un sens du spectacle peu ordinaire. Ils consacrent beaucoup de temps à leurs toilettes et à leur apparence, plus encore s'ils se préparent pour la guerre.

      

    Un guerrier doit s'efforcer d'avoir la meilleure allure possible lorsqu'il part au combat. Car, dans l'éventualité où il périrait il serait terriblement gêné de se présenter à son créateur, la Grande Médecine, en tenue négligée.

    May raconte que les Indiens qui se sont mêlés aux Blancs et vivent autours des forts ce ne sont plus que des épaves navrantes et disgracieuses. Ce sont pour l'essentiel des Sioux, des Arapahos et de Crows.

      

    Les hommes ne font rien d'autre que boire, jouer, mendier quand ils n'offrent pas les services de leurs pauvres femmes et filles en haillon, aux soldats, aux sang-mêlés contre une rasade de whiskey.

      

    Le contact de la civilisation blanche n'a réellement apporté à ces pauvres âmes que la ruine et le désespoir.

      

    Au contact de notre civilisation, dit a un moment donné le capitaine Bourke, l'Indien d'Amérique n'a imité que nos vices.

    Ce que nous risquons de créer en brouillant les frontières raciales, divines et naturelles, est un peuple à la dérive, dépossédé de lui-même, sans identité et sans but, en d'autres termes ni chair ni poisson, ni indien ni caucasien.

     

     

    May raconte :

      

    " A mesure que je m'initie à leurs croyances, je comprend plus nettement pourquoi ils ont montré si peu d'enthousiasme à embrasser la chrétienneté que leur offrait le bon révérend Dulapin, puisqu'ils disposent déjà d'une religion élaborée, parfaitement satisfaisante à leurs yeux, dotée d'un personnage messianique appelé Motse'eove. A la fois prophète et guide, il est la Douce Médecine lui-même.

      

    Loin d'être né dans quelque lieu distant et incompréhensible pour eux comme Nazareth, il a pour domaine cet endroit précis, Novanose, véritable cœur du pays cheyenne, dans tous les sens du terme. Qui s'étonnera maintenant qu'ils n'ont pas l'intention d'abandonner ces terres ? "

    Selon la légende, c'est là que la Douce Médecine est apparue au peuple il y a très, très longtemps, pour lui dire qu'un jour quelqu'un viendrait parmi eux, cette personne serait toute " cousue "

    (c'est ainsi que les Indiens se réfèrent aux vêtements des Blancs) et quelle détruirait en arrivant ce dont le peuple avait besoin pour vivre, c'est à dire qu'elle leur prendrait tout, le gibier et la terre elle-même.

    Si la religion indienne se base essentiellement sur des superstitions, la prophétie de la Douce Médecine gagne en crédibilité au vu des événements qui se sont produits.

     

    L'intérêt principal du roman réside dans le scénario.

      

    Bien conçu, bien ficelé, une vraie histoire pour le cinéma.

     

    Viennent ensuite les descriptions du peuple cheyenne, leurs mœurs si différentes des nôtres.

      

    Ce monde nous apparaît parfois barbare, absurde et cependant la plupart du temps les Indiens nous semblent si profondément humains et l'intégration même des femmes blanches se fait tout naturellement.

      

    En peu de temps elles deviennent de vraies cheyennes.

     

    Il y a en outre dans le roman des portraits de femmes blanches qui sont très singuliers. Les vicissitudes de leurs vies, leur destin individuel les a amenées à ce choix d'aller vivre chez les sauvages car leurs vies à elles étaient cruelles et insupportables.

      

    Elles ne pouvaient pas croire que cela pourrait être pire.

     

    Ainsi il y a Sara Johnston jolie, timide, elle est à peine pubère. C'est comme s'il lui manquait le don de la parole. Sans famille, elle se trouvait à l'asile depuis sa tendre enfance.

      

    On a dit à l'hôpital qu'elle pouvait être le fruit de quelque liaison du docteur avec une ancienne patiente.

    Elle retrouvera avec son mari indien l'usage de la parole juste avant d'être égorgée par un indien Crows.

     

    Les sœurs Kelly, deux jumelles rousses, elles avaient été incarcérées pour prostitution et vol qualifié après une sombre histoire avec un juge perverti. Abandonnées sur les marches de l'église à leur naissance elles ont grandi à l'orphelinat avant de s'y enfouir à 10 ans.

      

    Les Indiens étant des joueurs acharnés elles se sont improvisées bookmakers professionnelles et elles ont amassé une petite fortune en marchandises et en chevaux en organisant différents jeux et en prenant elles-mêmes part aux paris.

     

    Il y a Phemie, originaire d'Afrique.

    Elle a été vendue à un planteur de Georgie lorsqu'elle était enfant.

    Depuis elle rêve d'être une femme libre et tributaire de personne.

    Parmi les sauvages elle arrive à se réaliser, devient une vraie guerrière et s'épanouit complètement.

     

    Pour Helen Elisabeth Fligt, peintre, le fait de s'introduire chez les Cheyennes c'est l'occasion d'étudier les oiseaux des prairies de l'Ouest sans débourser un sou. Chez les sauvages elle devient leur femme oiseau-médecine.

      

    En effet, avant leur départ pour des excursions guerrières elle pare leur corps de fantastiques dessins d'oiseaux. Cela est supposé les protéger, ils croient que cela fait d'eux des guerriers invulnérables. Depuis Helen est très respectée, presque vénérée.

      

    En échange de son travail on lui offre toute sorte de présent : vêtements finement brodés, peaux d'animaux, bijoux, rênes de cuir torsadé, selles…

      

    A un moment donné elle dit :

      

    " C'est quand même une terrible ironie du sort, d'avoir attendu de me trouver ici au milieu de nulle part pour rencontrer la réussite et me faire correctement payer mes peintures ".

    Nous allons terminer par un court extrait du livre, une courte scène vivante et colorée qui nous emmène au cœur d'une fête indienne :

    "Se lançant dans une valse lente, elle partit en tournant sur elle-même rejoindre la foule des danseurs dans laquelle elle se perdit.

     

    Ainsi, l'une après l'autre, agrippées de notre mieux à un souvenir précieux, ne serait-ce qu'à un pas de danse connu comme à un garde-fou, aussi ténu fût-il, qui nous empêcherait de sombrer dans les abysses indigènes qui s'ouvraient devant nous, nous avons pris part à la danse.

    Nous avons dû offrir un drôle de spectacle à tourbillonner ainsi follement sous la lune pleine… de valses en polkas, et de polkas en gigues, jusqu'au cancan endiablé de notre

      

    jolie française Marie-Blanche.

      

    Car, peu importaient les pas que nous choisissions puisqu'ils se fondaient tous dans la même danse, toujours plus rapidement, dans une frénésie de couleurs, de mouvements et de sons. Bientôt tous les danseurs ressemblèrent aux oiseaux au jour de la parade, plume gonflées ou plissées.

      

    Les hommes se pavanaient comme des coqs et les femmes les émoustillaient de dos, revenant sur leurs pas, repartant en avant, décrivant d'autres rondes…

      

    La musique quant à elle reproduisait les grognements réguliers et tambourinants des grands tétras de la prairie, battant ainsi le rythme de la terre, ses battements de cœur, et dans les voix on entendait le tonnerre, le vent et la pluie…danse et cadence du monde. Les dieux au-dessus de nos têtes devaient se sentir fiers de leur création.

    Emplissant l'air sensuel de la nuit, la musique et les chants volèrent avec la brise dans les plaines alentour, de sorte que même les animaux des crêtes et des collines se sont rassemblés pour écouter et voir.

      

    Les coyotes et les loups ont répondu de leurs plaintes, tandis que des silhouettes d'ours, d'antilopes et de wapiti, sortis de leurs tanières, se dessinaient nettement à l'horizon sous la clarté lunaire. Les enfants les aperçurent derrière les braises du feu, envoûtés et un rien effrayés par cette soudaine folie en mouvement. Enfin, les vieux, observant une scène après l'autre, hochaient la tête entre

    eux d'une mine approbatrice.

    Nous avons dansé.

    Et dansé.

    Sous le regard du Peuple, les yeux des animaux.

    Même les dieux nous admirèrent.

     Tim FERGUS

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique