•  

     

     Wenatchi sisters - 1902

    {Homeland is primarily in the area of Wenatchee Valley in central Washington.}

      

      

      

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Situation géo-linguistique des réserves Sioux de nos jours

    bijoux et perlage des indiens d'amérique

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     
     
    Sioux Indian warrior

    You are viewing an original photograph of an Indian Warrior.
    The photo is by Curtis, and was taken in 1908.
    The Indian's name was "White Man Runs Him".
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Pin It

    votre commentaire
  • COMANCHES

    La grande nation Sioux

    La nation Sioux en ligne Pine Ridge Oglala (Dakota du Sud, USA) Rosebud Sicangu, Oglala (Dakota du Sud, USA) Lower Brule Indian Reservation Brulé, (Dakota du Sud, USA) Fort Peck Sioux, Assiniboine, (Montana, USA) Cheyenne River Minneconjou, Two Kettle, Sans Arc, Blackfoot (Dakota du Sud, USA)
    Pine Ridge Santee Sioux, (Nebraska, USA) Standing RockYanktonai, Hunkpapa, Blackfoot, (Dakota du Nord et Dakota du Sud, USA)

    Dakota, Nakota, Lakota Les Sioux vivent dans les plaines du nord, incluant les Dakotas du Nord et du Sud, le Nebraska, le Wyoming et le sud du Montana. Le nom Sioux (prononcer SOU) vient d'une transcription française du nom Nadouessioux, ce nom était donné aux Sioux par leurs voisins et ennemis, les Algonquins. Ce mot veut dire "petits serpents" c'est à dire, petits ennemis s. Les Sioux s'appellent eux-même Dakota, Lakota, Nakota, qui veut dire dans leur dialecte "les alliés'. Ces noms viennent des différents endroits où ils vivaient à l'origine.Sous la pression des guerriers Ojibway qui furent parmi les premiers à obtenir des armes à feu, les Sioux se déplacèrent à nouveau plus à l'ouest, poussant devant eux les Cheyennes, les Omahas, les Crows et d'autres tribus plus petites. Ils envahirent rapidement tout l'ouest et le sud-ouest du pays après l'acquisition de chevaux et de fusils. Vers 1750, ils traversèrent le Mississipi et envahirent les Black hills. En 1805, avant le début des divers traités, ils possédaient un territoire s'étendant du centre du Wisconsin jusqu'au Wyoming, englobant les fameuses Black Hills (dans le Dakota du sud).

      

    Au nord leur nouveau territoire s' étendait jusqu'à la frontière canadienne au nord de l'actuelle ville de Platte. La nation Sioux n'était pas une nation compacte avec un gouvernement central et un seul chef à sa tête, mais une confédération de 7 sous-tribus alliées parlant une même langue. Chaque tribu avait un chef et se divisait à nouveau en bandes ou villages ayant à leur tour à leur tête chacun un chef. Sur leur terre originelle de l'Est, les Sioux subsistaient grâce à la pêche, la chasse du petit gibier, la récolte du riz sauvage et était des experts dans le maniement du canot. Mais en partant dans l'ouest, et par l'acquisition du cheval, leur style de vie changea complètement, ils devinrent une tribu de cavaliers nomades dont la survie dépendait principalement du bison. C'était des guerriers, armés de couteaux, arcs et flèches, lances et boucliers. Ils ne furent jamais de grands agriculteurs. L'arrivée des américains blancs qui suivaient la piste de la Louisiane amena la fin du style de vie et la disparition du bison.

      

    La Ghost Dance (danse fantôme) qui prétendait ramener le bison et faire partir les blancs, devint prédominante chez les Sioux qui voulait retrouver leur style de vie du passé. La polygamie était acceptée. Contrairement aux autres tribus dont la population décrut avec l'arrivée des blancs, la démographie Sioux semble avoir augmenté. Ceci est dû principalement à l'incorporation de captifs et aux mariages avec des blancs. Nous n'avons pas de statistiques fiables avant 1849, où le gouverneur Ramsey estimait la population Sioux à "guère plus de 20,000", alors que d'autres autorités locales l'estimaient à 40,000 voir plus.

      

    Le recensement officiel de 1910 estimait la population Sioux à 28,628 personnes incluant les métis. Aujourd'hui les Sioux se sont adaptés à la vie sur les réserves ou en ville. Beaucoup s'impliquent dans l'industrie du tourisme dans les deux états Dakota.

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Rita LEISTNER photographe canadienne

    Chef Yellow Shirt, Sioux Hunkpapa.

    Photographié par Frank Rinehart en 1898.

    Pin It

    votre commentaire
  • IROQUOIS

    IROQUOIS

    IROQUOIS

    IROQUOIS

    IROQUOIS

    IROQUOIS

    IROQUOIS

    IROQUOIS

    IROQUOIS

    IROQUOIS

    IROQUOIS

    IROQUOIS

    IROQUOIS

     

    IROQUOIS

    IROQUOIS

    IROQUOIS

     

    Pin It

    votre commentaire
  • OGLALA LAKOTA SIOUX

    Sioux

    Sioux

    Population actuelle   150 000+ (2005)

    Localisation États-Unis, Canada

    Langue(s) Anglais, Sioux

    Le mot "sioux" désigne :

       1. un important groupe linguistique du centre et du sud-est de l’Amérique du Nord. Ce groupe est subdivisé en deux sous-groupes, les Catobas aujourd’hui disparus et les Sioux (qui comportent eux-mêmes d’autres subdivisions) ;

       2. un mot d’origine Sauteux qui désigne des tribus Lakota, Nakota et Dakota culturellement très proches. Le mot "sioux" provient de l’expression "nadewisu" qui, dans la langues des Sauteux, signifierait « perfides serpents », mais ce point est incertain et discuté.

    Ce terme a été repris par les Français au XVIIe siècle, et ensuite adopté par les Sioux eux-mêmes, mais aujourd’hui ils préfèrent réutiliser leurs noms d’origine en disant je suis lakota, nakota ou dakota. « Nahdossiou » est donc à l’origine un mot péjoratif que les Sauteux utilisèrent pour désigner les peuplades voisines aux Blancs qui s’enquéraient de savoir comment s’appelait cette tribu ; par simplification linguistique il n’en est resté que le mot sioux qui a perdu ce sens péjoratif.

    Les Sioux s’appelaient entre eux OCETI SAKOWIN OYATE, « Le Peuple des Sept Feux ». Ce peuple se divisait en trois grands groupes :

        * les Tetons ou Lakota (Territoire traditionnel Dakota/Wyoming) qui comprennent :

              o Honkepapa ("Ils campent à l’entrée"). Réserve de Standing Rock (Dakotas du Sud et du Nord)

              o Oglala ("Ils se dispersent") Réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud)          o Brûlés ("Cuisses brûlées"). Réserve de Rosebud et Réserve de Lower Brule (Dakota du Sud)

              o Minneconjou « Mnikwojupi » ("Ils plantent près de l’eau"). Réserve de Cheyenne River (Dakota du Sud)

              o Sans-arc ("Sans arc"). Réserve de Cheyenne River (Dakota du Sud)         

               o Chaudière ("Deux fois bouilli"). Réserve de Cheyenne River (Dakota du Sud)

              o Pied-noir ("Pieds noirs" ou Blackfeet Sioux, à ne pas confondre avec le peuple Blackfoot). Réserve de Cheyenne River (Dakota du Sud).

        * les Santis ou Dakota (territoire traditionnel Minnesota) qui comprennent :

              o Sisseton. Réserve Sisseton-Wahpeton (Dakota du Sud)

              o Wahpeton ("Ils habitent sous les feuilles"). Réserve Sisseton-Wahpeton (Dakota du Sud)

              o Wahpekute ("Ils chassent sous les feuilles"). Petites réserves du Minnesota

              o Mdewakanton ("Ils habitent le lac sacré"). Réserves de Devil’s Lake (Dakota du Nord et de Prior Lake (Minnesota).

        * les Yankton ou Nakota (territoire national Dakota) qui comprennent :

              o Ankton « Iyanktonwan » ("Ils habitent au bout"). Réserve Yankton (akota du Sud)

              o Assiniboine (apparentés aux Yanktons). Réserve de Fort Peck, Réserve de Fort Belknap (Montana) et Réserves en Alberta (Canada)

              o Stoney (apparentés aux Yankton). Réserves en Alberta

              o Yanktonnais « Iyanktonwanna » ("Les petits Yankton"). Réserve de Fort Peck (Montana).

     

    Contacts avec les Européens

    .

    Les Français furent les premiers Européens à rencontrer les Sioux, sur la façade occidentale du lac Supérieur, dans les États actuels du Minnesota et du Wisconsin.

    Les Sauteux, leurs ennemis, les surnommaient Nadowessioux, « les petites vipères », dénomination désobligeante que les Français, alliés des Objiwas, reprirent en l’abrégeant. En fait, les Sioux se nommaient dans leur langue Oceti Sakowin, « le Conseil des Sept feux », en référence à leurs sept divisions politiques. À l’époque des premiers contacts avec les Français, dans les années 1670-1680, les Sioux étaient sédentarisés en gros villages ; ils alternaient la culture du maïs, la cueillette du riz sauvage et la chasse aux bisons, présents alors dans les clairières du Haut-Mississippi.

     Au cours du XVIIIe siècle, les bandes sioux, probablement chassées par les conflits alors endémiques autour des Grands Lacs et le développement des épidémies qui décimaient les tribus voisines, commencèrent leur migration vers l’Ouest.

     Ce mouvement au-delà du Mississippi était également motivé par l’abondance du bison et par l’apparition du cheval, venu des plaines du Sud, où les Indiens l’avaient adopté lorsqu’il était apparu avec l’arrivée des Espagnols, au XVIe siècle.

    Au cours du XVIIIe siècle, les tribus sioux se constituèrent un véritable « empire » dans l’Ouest en repoussant les Corbeaux (Crows en français en France) vers les Montagnes Rocheuses, et les Panis sur la rivière Platte. Ils apparaissent dans les récits pour la première fois en 1650 dans la région des lacs Milles et Leech à proximité du Mississippi, dans le Minnesota.

    Les frontières de leur nouveau territoire étant à un jour de marche du lac Supérieur. Sous la pression des tribus Sauxteux (parmi les premiers à obtenir des armes à feu), ils se déplacèrent a nouveau plus à l’ouest, poussant devant eux les Cheyennes, les Omahas, les Corbeaux et d’autres tribus plus petites. Ils envahirent rapidement tout l’ouest et le sud-ouest du pays après l’acquisition de chevaux et de fusils.

    Vers 1750, ils traversèrent le Mississippi et envahirent les Collines noires. L’expédition Lewis et Clark, au début du XIXe siècle, permit aux Américains d’approfondir leurs connaissances sur les Sioux.

      

    À l’arrivée des colons américains dans les Grandes Plaines, dans les années 1830-1840, les Sioux occupaient ainsi un vaste territoire qui s’étendait depuis le Missouri jusqu’aux monts de la Little Bighorn (les actuels États du Dakota du Nord et du Dakota du Sud), ainsi que sur une partie du Wyoming et du Nebraska.

    Dans cette conquête, la Confédération sioux s’est alliée avec les Arapahos et les Cheyennes ; cette union, qui perdura tout au long du XIXe siècle, faisait des Sioux la puissance militaire la plus imposante des Plaines du Nord.

    Noms de lieux dérivés

    Deux États des États-Unis, le Dakota du Nord et le Dakota du Sud portent le nom de la tribu Dakota. Deux autres États ont des noms d’origine sioux : le Minnesota (mni ("eau") et sota ("brumeux/fumeux, pas clair") et le Nebraska dont le nom provient d’un langage proche du Santee, dans lequel mni et blaska ("plat") font référence à la rivière Platte (nom français).

    Les États du Kansas, de l’Iowa et du Missouri portent les noms de tribus cousines des Sioux, respectivement les Kansa, les Iowa et les Missouri, tout comme les villes Omaha dans le Nebraska et Ponca City dans l’Oklahoma. Ces noms démontrent la large dispersion des peuples sioux dans le Midwest

    Plusieurs municipalités du Midwest utilisent le mot sioux dans leur nom : Sioux City et Sioux Center (Iowa) et Sioux Falls (Dakota du Sud) ainsi que les rivières Little Sioux dans l’Iowa et Big Sioux sur la frontière entre l’Iowa et le Dakota du Sud.

    Plusieurs villes de moindre importance ainsi que d’autres entités géographiques des Plaines du Nord portent des noms d’origine sioux ou des traductions de noms sioux comme Wasta, Owanka, Oacoma, Hot Springs (Minnelusa), Minnehaha County, Belle Fourche (Mniwasta, ou "Bonne eau"), Inyan Kara etc.

    Source : Wikipedia
    Pin It

    votre commentaire
  • CANADA

    Sitting Bull
    ( Tatanka Iyotaka)
    1831 - 1890
    Chef Sioux Hunkpapas Lakota

     

    Sitting Bull, un homme-médecine ("medecine-man"), un sage, un "saint-homme" et chef indien de la tribu des Sioux Hunkpapas Lakota, il est le personnage de l'histoire de la persécution des amérindiens dont le souvenir reste le plus vif dans l'esprit de nos contemporains.

    Né le 31 mars 1831, il ressentit très tôt l'invasion des terres indiennes par les colons américains. Il attendit 1863 pour se joindre à la résistance, à la suite du massacre de chasseurs Hunkpapa par des colons. Reconnu chef de la Nation Sioux Teton en 1867, il s'allia avec Crazy Horse et Gall afin de protéger les droits des tribus, surtout après la signature du Traité de Fort Laramie en 1868.

    En 1876, Gall, Crazy Horse et Sitting Bull attaquèrent successivement le général Custer à Little Bighorn, qui venait pour "protéger" les colons chercheurs d'or avec ses troupes. Cette attaque américaine violait clairement les termes du traité, mais Sitting Bull dû tout de même s'enfuir au Canada pour éviter les représailles.

    Le chant qui suit à été chanté par Sitting Bull alors qu'il se rendait aux autorités après le combat contre le général Custer:

    Un guerrier
    J'ai été
    Maintenant
    C'est terminé
    Un moment difficile
    S'annonce.

    iki'cize
    waon'kon
    wana'
    hena'la yelo'
    iyo'tiye kiya'
    waon'

    Plusieurs raisons à cela, mais la principale est peut-être qu'il fut un des leader du peuple Sioux lors de la bataille de Little Bighorn qui vit la défaite du Général Custer en 1876. Il vint aussi en Europe avec le Wild West Show de Buffalo Bill.Sitting Bull

    Après un hiver particulièrement rude en 1881, Sitting Bull et ceux qui étaient toujours avec lui se rendirent finalement à l'armée américaine. Il fut emprisonné pendant 2 ans, avant d'être envoyé à Standing Rock Reservation en 1883.

    En 1885, il fut relâché et autorisé à rejoindre la troupe de "Buffalo Bill Wild West", où il resta 4 mois, pour des tournées à travers l'Europe. A son retour aux USA il revint à "Standing Rock".

    Le 15 décembre 1890 une quarantaine d'agents de la police indienne, des Lakotas, pénétrèrent chez Sitting Bull, dans la réserve Sioux de "Standing Rock Reservation". Au cours d'une bousculade un coup de feu éclata. Touché d'une balle à la tête, Sitting Bull s'écroula, mort.

    Il mourut d'un coup de feu tiré par un membre de la police indienne, le 15 décembre 1890 peu avant le massacre de Wounded Knee. Les circonstances exactes de sa mort sont troubles mais toujours est-il qu'un grand espoir pour le peuple amérindien est mort avec lui.

    Sitting Bull a été enterré à Fort Yates dans le Nord Dakota, puis transporté en 1953 à Mobridge, Sud Dakota.

    Voici quelques extraits de discours de ce grand personnage...

    "Voyez Mes frères, le printemps est venu ; la terre a reçu l'étreinte du soleil, et nous verrons bientôt les fruits de cet amour!
    Chaque graine s'éveille et de même chaque animal prend vie. C'est à ce mystérieux pouvoir que nous devons nous aussi notre exisence ; c'est pouruoi nous concédons à nos voisins, même à nos voisins animaux, le même droit qu'à nous d'habiter cette terre.
    Pourtant, écoutez-moi, vous tous, nous aons maintenant affaire à une autre race_petite faible quand nos pères l'on rencontrée pour la première fois, mais aujourd'hui grande et arrogante. Assez étrangement, ils ont dans l'idée de cultiver le sol et l'amour de posséder est chez eux une maladie. Ces gens-là ont établi beaucoup de règles que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour leur propres usages et se baricadent contre leurs voisins ; ils la défigurent avec leurs constructions et leurs ordures. Cette nation est pareille à un torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage.
    Nous ne pouvons vivre côte à côte."
    (Discours prononcé en 1875)

    decor

    "Quel traité le blanc a-t-il respecté que l'homme rouge ait rompu ? Aucun.
    Quel traité l'homme blanc a-t-il jamais passé avec nous et respecté? Aucun.
    Quand j'étais enfant, les Sioux étaient maîtres du monde ; le soleil se levait et se couchait sue leur terre ; ils menaient dix mille hommes au combat.
    Où sont aujourd'hui les guerriers ?
    Qui les a masscrés ?
    Où sont nos terres ?
    Qui les possède ?
    Quel homme blanc peut dire que je lui ai jamais volé sa terre ou le moindre sou ? Pourtant ils disent que je suis un voleur.
    Quelle femme blanche, même isolée, ai-je jamais capturée ou insultée ? Pourtant ils disent que je suis un mauvais Indien.
    Quel homme blanc m'a jamais vu saoul ?
    Qui est jamais venu à moi affamé et reparti le ventre vide ?
    Qui m'a jamais vu battre mes femmes ou maltraiter mes enfants ?
    Quelle loi ai-je violée?
    Ai-je tort d'aimer ma propre loi ?
    Est-ce mal pour moi parce que j'ai la peau rouge ?
    Parce que je suis un Sioux ?
    Parce que je suis né là où mon pére a vécu ?
    Parce que je suis prêt à mourir pour mon peuple et mon pays ?"

    decor

    "Je tiens à ce que tous sachent que je n'ai pas l'intention de vendre une seule parcelle de nos terres ; je ne veux pas non plus que les Blancs coupent nos arbres le long des rivières ; je tiens beaucoup aux chênes dont les fruits me plaisent tout spécialement. J'aime à observer les glands parce qu'ils endurent les tempêtes hivernales et la chaleur de l'été, et - comme nous-mêmes - semblent s'épanouir par elles."

    decor

     

    Après la bataille de Little Bighorn, Sitting Bull et les siens partirent pour le Canada où ils furent autorisé à vivre en paix. Le gouvernement américain fut dans une position délicate car les canadiens traitaient les "renégats" convenablement, aussi dépécha-t-il une commission conduite par le général Terry pour supplier la bande de "sauvages" de revenir aux Etats-Unis afin de vivre dans une réserve. Aprés une énumération des traités et promesses rompus, Sitting Bull tint ce discours...

    "Pendant soixante-quatre ans vous avez persécuté mon peuple. Qu'avons-nous fait pour devoir quitter notre pays, je vous le demande ? Je vais vous répondre. Nous n'avions nulle part où aller, aussi nousnous nous sommes réfugiés ici. C'est de ce côté de la frontière que j'appris à tirer et devins un homme. Pour cette raison j'y suis revenu. On m'a taloné jusqu'à ce que, contraint d'abandonner mes propres terres, je vienne ici. J'ai été élevé dans cette région et je serre aujourd'hui les mains de ces gens [les Canadiens].
    C'est ainsi que j'ai fait la connaissance de ces gens et c'est ainsi que je me propose de vivre. Nous n'avons pas donné notre pays ; vous vous en êtes emparés. Voyez comme ces gens me traitent. Regardez-moi. Vous me croyer dupe, mais vous l'êtes encore bien plus que moi. Cette maison , la maison de l'Anglais, est une maison sacrée [=maion de la vérité] et vous venez ici nous dire des mensonges ! Nous ne voulons pas les entendre. J'ai maintenant assez parlé. Vous pouvez vous en retourner. Ne dites plus rien. Emportez avec vous vos mensonges. Je resterai avec ce peuple. Le pays d'où nous venons nous appartenait ; vous nous l'avez pris ; nous vivrons ici."

     

    sources. http://www.medarus.org/NM/NMPersonnages/NM_10_03_Biog_Natives/nm_10_03_sitting_bull.htm

    decor
    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    La grande nation Sioux

    Dakota, Nakota, Lakota
    Les Sioux vivent dans les plaines du nord, incluant les Dakota du Nord et du Sud, le Nebraska, le Wyoming et le sud du Montana.
    Le nom Sioux (prononcer SOU) vient d'une transcription française du nom Nadouessioux, ce nom était donné aux Sioux par leurs voisins et ennemis, les Algonquins. Ce mot veut dire "petits serpents" c'est à dire, petits ennemis s. Les Sioux s'appellent eux-même Dakota, Lakota, Nakota, qui veut dire dans leur dialecte "les alliés'. Ces noms viennent des différents endroits où ils vivaient à l'origine.


    Guerriers Sioux - US Gov, Public Domain
    Guerriers Sioux - US Gov, Public DomainNEZ PERCE
    La langue
    Le langage sioux est parlé en 3 principaux dialectes, le Santee à l'est, Le Yankton au centre, et le Teton à l'ouest.

    Leur histoire
    Les Sioux ont du quitté leur terre natale de l'Est, chassé de leur territoire par les tribus plus puissantes. Ils apparaissent dans les récits pour la première fois en 1650 dans la région des lacs Milles et Leech a proximité du Mississipi, dans le Minnesota. Les frontières de leur nouveau territoire étant à un jour de marche du Lac Supérieur.

    Sous la pression des guerriers Ojibway qui furent parmi les premiers à obtenir des armes à feu, les Sioux se déplacèrent à nouveau plus à l'ouest, poussant devant eux les Cheyennes, les Omahas, les Crows et d'autres tribus plus petites. Ils envahirent rapidement tout l'ouest et le sud-ouest du pays après l'acquisition de chevaux et de fusils.

    Vers 1750, ils traversèrent le Mississipi et envahirent les Black hills. En 1805, avant le début des divers traités, ils possédaient un territoire s'étendant du centre du Wisconsin jusqu'au Wyoming, englobant les fameuses Black Hills (dans le Dakota du sud). Au nord leur nouveau territoire s' étendait jusqu'à la frontière canadienne au nord de l'actuelle ville de Platte. La nation Sioux n'était pas une nation compacte avec un gouvernement central et un seul chef à sa tête, mais une confédération de 7 sous-tribus alliées parlant une même langue. Chaque tribu avait un chef et se divisait à nouveau en bandes ou villages ayant à leur tour à leur tête chacun un chef.

    La Grande Nation SIOUX

    Sur leur terre originelle de l'Est, les Sioux subsistaient grâce à la pêche, la chasse du petit gibier, la récolte du riz sauvage et était des experts dans le maniement du canot. Mais en partant dans l'ouest, et par l'acquisition du cheval, leur style de vie changea complètement, ils devinrent une tribu de cavaliers nomades dont la survie dépendait principalement du bison. C'était des guerriers, armés de couteaux, arcs et flèches, lances et boucliers. Ils ne furent jamais de grands agriculteurs.
    L'arrivée des américains blancs qui suivaient la piste de la Louisiane amena la fin du style de vie et la disparition du bison. La Ghost Dance (danse fantôme) qui prétendait ramener le bison et faire partir les blancs, devint prédominante chez les Sioux qui voulait retrouver leur style de vie du passé.
    La polygamie était acceptée. Contrairement aux autres tribus dont la population décrut avec l'arrivée des blancs, la démographie Sioux semble avoir augmenté. Ceci est dû principalement à l'incorporation de captifs et aux mariages avec des blancs. Nous n'avons pas de statistiques fiables avant 1849, où le gouverneur Ramsey estimait la population Sioux à "guère plus de 20,000", alors que d'autres autorités locales l'estimaient à 40,000 voir plus. Le recensement officiel de 1910 estimait la population Sioux à 28,628 personnes incluant les métis.
    Aujourd'hui les Sioux se sont adaptés à la vie sur les réserves ou en ville. Beaucoup s'impliquent dans l'industrie du tourisme dans les deux états Dakota.

    La nation Sioux en ligne
    Pine Ridge Oglala (Dakota du Sud, USA)
    Rosebud Sicangu, Oglala (Dakota du Sud, USA)
    Lower Brule Indian Reservation Brulé, (Dakota du Sud, USA)
    Fort Peck Sioux, Assiniboine, (Montana, USA)
    Cheyenne River Minneconjou, Two Kettle, Sans Arc, Blackfoot (Dakota du Sud, USA)
    Pine Ridge Santee Sioux, (Nebraska, USA)
    Standing RockYanktonai, Hunkpapa, Blackfoot, (Dakota du Nord et Dakota du Sud, USA)
    baldeagle1_searching_md_wht.gif (14253 bytes)

    Pin It

    1 commentaire
  •  
    • Maroon-Bells-WHITE RIVER-National-Forest-Colorado

      La White River

       

       

      Spotted Tail ( Queue Tacheté) , chef des Sioux Brulés, naquit en 1823 , dans la région de la White River à l'ouest du Missouri. Il devint chef, grâce à son courage et à sa témérité légendaires qui fit de lui un guerrier.

      Le 19 août 1854, il participa à la bataille près de Fort Laramie, au cours de laquelle les forces du lieutenant John Grattan furent anéanties. On connait la réaction du général WIlliam S.Harney : la massacre de la troupe commandée Little Thunder (Petit Tonnerre) à Ash Hollow et les conditions draconiennes par lesquelles l'officier américain exigeait que les Sioux Brulés remettent entre ses mains trois de leurs guerriers les plus célébres. Afin d'éviter des représailles contre leurs tribus, Spotted Tail et deux autres Indiens acceptérent d'être emprisonnés à For Leavenworth pendant 2 ans.FORT LEAVENWORTH

       

      Au cours de son incarcération, Spotted Tail observa et étudia l'homme blanc et sa façon de vivre. Il se rendit compte de la puissance militaire des Américains... Il réfléchit que tôt ou tard , les Indiens auraient à faire un choix : ou bien se soumettre et adopter les us et coutumes des Blancs et finir par être engloutis dans leur société , ou lutter contre eux pour préserver leur culture, au prix de leur vie.(photo : Fort Leavenworth)

       

      En juin 1866, une assemblée indienne se tint à Fort Laramie .

      Au cours de cette FORT LARAMIE en 1868réunion , Spotted Tail prit ouvertement le parti du gouvernement américain contre Red Cloud sur la question de la libre circulation en direction des mines d'or du Montana. Red Cloud prétendit que Spotted Tail agissait par couardise et qu'il montrait la route du déshonneur à son peuple. L'insulté ne releva même pas l'offense ; n'avait-il pas prouvé maintes fois sa valeur sur les champs de bataille? Il argumenta que les Américains avaient une trop grande puissance militaire , qu'ils étaient 5 X plus nombreux que les Indiens, et qu'ils avaient des ressources que les Sioux ne possédaient pas et surtout que l'unité ne régnait pas dans le camp indien. S'opposer aux Blancs par la force serait une forme de suicide .Il ajouta qu'en montrant un esprit ouvert et collaborateur, il espérait obtenir de la part des Yankees le droit de retourner dans son pays, au sud de la Platte River. La plupart des chefs présents se rangérent derriére lui.

      Le 29 avril 1868 (photo ci-dessus: Traité de Fort Laramie-1868), il fut l'un des signataires du Traité de Fort Laramie et à quelques temps de là, il retourna à Republican Fork pour chasser le bison. Il ne savait pas qu'en acceptant de participer à la signature du traité, il devrait vivre dans une nouvelle réserve du Dakota.

       

       

      Lorsqu'il se rendit compte de la situation, il entra dans une rage froide de se voir joué par la commission qui avait pris part aux négociations . Ses difficultés s'accrurent lorsque des têtes chaudes agitérent l'étendard de la révolte.

      SPOTTED TAIL jeuneIl employa toute son énergie et sa diplomatie à isoler des éléments rebelles à l'Agence indienne de Whetstone et surtout, à éviter la friction qui existait entre les Indiens et l'agent fédéral sur la question des rations et des vivres qui leur étaient affectés. Il était aussi déterminé à éliminer la circulation de l'alcool qui faisait des ravages parmi les Indiens. Il demeura 2 ans à Whetstone , jusqu'à ce qu'il réussit à faire déplacer ses hommes dans la région du cours supérieur de la White River près des Black Hills. Il réussit à bloquer et à retarder les programmes concernant les fermes gouvernementales et autres projets visant à obliger les tribus Sioux à se supporter , sans intervention du gouvernement. Il avait l'habileté de tourner en gage solennel les "demi-promesses" de Washington . Finalement, les Indiens furent déplacés à West beaver Creek où l'agence des Spotted Tail fut créée.( photo: Spotted Tail -jeune homme)

      Lorsqu'on découvrit de l'or dans les Black Hills, Spotted Tail et Red

      Cloud SPOTTED TAIL en délégation 1880visitérent à plusieurs reprises les camps de mineurs qui prospectaient dans la région. Ils écoutérent les mineurs qui leur expliquérent la valeur des minerais. lorsque plus tard les commissaires aux Affaires Indiennes prirent contact avec les chefs indiens pour acheter les Black Hills , Spotted Tail demanda 60 millions de dollars pour la concession. Le gouvernement, outré par l'aplomb du chef indien , refusa net et le Conseil des Black Hills échoua.(photo: délégation de chefs Sioux))

      Pendant la guerre des Sioux en 1876-77 , Spotted Tail prit la tête du parti de la paix et il réussit à garder ses hommes dans leur réserve. En 1877, il décida son neveu Crazy Horse à se rendre aux autorités américaines.

      Pendant les 4 années qui suivirent, Spotted Tail lutta de toutes ses forces pour apaiser les éléments révolutionnaires de sa tribu. Finalement on le déplaça avec ses hommes dans la réserve de Rosebud où, grâce à sa clairvoyance et à son habileté, il réussit à obtenir les meilleurs camps pour sa tribu ainsi ques les meilleures rations.

      SPOTTED TAIL sicangu-

       

      Le 5 août 1881, Spotted Tail fut tué d'un coup de feu par Crow Dog au moment de quitter le Conseil. Crow Dog était le chef de la police , mais il enviait le titre de chef de Spotted Tail. Il est fort possible que ce soit par dépit de s'être fait enlever son épouse par Spotted Tail que Crow Dog ait tué son chef.

      Crow Dog fut condamné à être pendu , mais la Cour Suprême des Etats-Unis décida que la Cour de Justice du Dakota n'avait pas le droit de juger une affaire dans laquelle un Indien avait tué un autre Indien dans une réserve, et Crow Dog fut remis en liberté.

       

      Spotted Tail travailla toute sa vie à l'amélioration des conditions d'existence de son peuple. Il était digne, serviable et son amitié naturelle empreite de respect n'avait rien de servile. On ne peut pas dire qu'il fut un orateur de talent, mais il pouvait s'exprimer efficacement en Conseil , il avait beaucoup de bon sens et possédait une dose spirituelle appréciable. C'est un fin psychologue qui connaissait bien l'âme américaine, ce qui lui permit de ne pas commettre les mêmes erreurs que les autres chefs.(photo: Spotted Tail )

       

      MANDANS photo ancienneRosebud et Standing Rock sont les 2 principales réserves des Sioux ,

      ( Dakota Sud et Dakota Nord )

    Pin It

    votre commentaire