• Le Province de QUEBEC de 1867 à aujourd'hui... ( III )

     

    Histoire du QUEBEC

     

    Histoire du QUEBEC


     

     

    Première période: de la fédération à la révolution tranquille (1867-1960)

     

     




    1867 : Signature de la fédération canadienne entre quatre colonies britanniques ; l'Ontario, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et le Bas-Canada qu'on appellera désormais le Québec (acceptée à 27 contre 22). Mais George-Étienne Cartier, l'un des pères de cette fédération, commet une erreur en croyant qu'il s'agit là d'un pacte entre deux peuples. Au contraire, le Québec n'est plus qu'une province parmi quatre et rien de plus. Le dominion du Canada connaît une période de grande prospérité, mais les Canadien-Français ne participent en aucune façon au grand jeu du commerce et de la finance anglaise et demeurent des travailleurs exploités. De plus, ils sont désormais minoritaires dans un pays «bilingue» où en réalité, la pratique impose l'anglais.

    1867: Lors des premières élections en août, les Québécois doivent choisir entre les Bleus proconfédéraux et les Rouges qui s'opposent à la nouvelle constitution. Le programme de ces derniers est plutôt mal défini mais il n'est pas sans rappeler la souveraineté-association dont on reparlera 90 ans plus tard. Malgré la menace de l'Église qui déclare que voter contre la confédération constitue un péché mortel, pas moins de 45% des Québécois choisissent quand même de voter pour les Rouges. On sait aujourd'hui que les élections ont été volées par les Bleus dans plusieurs circonscriptions. Certains candidats proconfédération ont remporté des victoires douteuses avec des majorités de seulement 6 votes.

    Joseph Cauchon est choisi Premier ministre du Québec. Mais l'antipathie des Anglo-québécois l'empêche de former un cabinet. Il sera remplacé par Pierre-Joseph-Olivier Chauveau.

    1868: Le député de Montréal-Ouest,
    Thomas D'Arcy McGee, prononce en Chambre un vibrant plaidoyer en faveur de la nouvelle constitution. Le soir même, alors qu'il rentre chez lui, un Fenian irlandais, Patrick Whelan, l'assassine à coups de revolver!

    1869 et 1884-85: Ottawa entreprend d'étendre ses frontières vers l'ouest. Ce faisant, le gouvernement de Macdonald ne prend aucunement en considération les Métis francophones et les Amérindiens qui y habitent déjà. Louis Riel prend la tête des Métis du Manitoba dans une révolte qui l'opposera à Ottawa. Le gouvernement canadien n'a aucune intention de reconnaître des francophones dans l'ouest et y envoie l'armée. La révolte est écrasée, Riel et huit chefs amérindiens sont condamnés à mort par un jury exclusivement anglais. Montréal est au bord de la guerre ethnique. Macdonald jette de l'huile sur le feu en déclarant: «Même si tous les chiens du Québec aboient, Riel sera pendu!» Au Québec, on porte les brassards noirs marquant la perte du «frère disparu».

    Histoire du QUEBEC
     Louis Riel

     

     1870: Une année noire pour le Saguenay. En une journée, un terrible incendie dévaste tout sur 150 kilomètres. Pour survivre, les habitants affolés se réfugient dans des caveaux creusés sous terre ou dans les cours d'eau les plus proches. Suite à ce sinistre, rien de moins que le tiers de la population se retrouve complètement démuni. Les pertes humaines sont heureusement très basses.

    1871: Le «Common School Act» du Nouveau-Brunswick (l'ancienne Acadie) enlève aux minorités françaises vivant sur son territoire, leurs droits à l'école en français.

    1871: Montréal compte maintenant 107 225 habitants et Québec 59 699 (comparativement à 56 092 pour Toronto).

    1876: Un inspecteur québécois de la Gendarmerie Royale du Canada, Éphrem Brisebois, fonde un avant-poste dans l'ouest canadien et le nomme Fort Brisebois (aujourd'hui Calgary).

    1876 : Pour mettre librement la main sur les terres de l'ouest, Ottawa adopte la Loi des Indiens, qui parque les Amérindiens dans des réserves dont ils deviennent les prisonniers, ne pouvant en sortir sans permission.

    1877 : Le «Public School Act» interdit l'enseignement du français à l'Île-du-Prince-Édouard (un autre morceau de l'ancienne Acadie).

    1877: Début de la construction de l'hôtel du parlement de Québec.

    1879: Trois étudiants de l'université McGill de Montréal rédigent les premiers règlements du hockey.

    1880: Lors de la fête de la Saint-Jean-Baptiste, on chante pour la première fois à Québec l'hymne des Canadiens français «Ô Canada!»

    1885: Un grand rassemblement sur le Champ de Mars, à Montréal, dénonce l'éxécution de Louis Riel.

    1887: Honoré Mercier récupère l'indignation provoquée par la mort de Riel et prend le pouvoir au Québec avec son Parti National. Ce sera le premier parti à réclamer plus d'autonomie pour les provinces.

    1889: Le 19 septembre, à Québec, une partie de la falaise du promontoire s'effondre sur la rue Petit-Champlain, détruisant 7 maisons et tuant 45 personnes.

    1890 : L'immigration ayant permis aux anglophones protestants de devenir majoritaires au Manitoba, le premier ministre manitobain Greenway abolit les écoles françaises ainsi que les droits au français au Parlement et devant les tribunaux. En 1916, la loi Thornton abolit complètement l'enseignement du français dans cette province. Pourtant, lorsque la province du Manitoba fut créée en 1870 (avec le Manitoba Act), on avait garantit aux Métis que leur système scolaire qui était semblable à celui du Québec (des écoles protestantes et d'autres catholiques) continuerait d'exister.

    1890 : Les temps sont durs au Québec. Plusieurs quittent la campagne pour chercher du travail en ville, où ils sont exploités par des patrons qui leur versent des salaires ridicules en échange de six jours de travail, à un minimum de dix heures de labeur par jour. D'autres choisissent l'exil vers les manufactures des États-Unis. Pas moins d'un million de Québécois quittent ainsi leur patrie, un nombre faramineux! C'est un véritable ghetto de francophones qui se crée en Nouvelle-Angleterre. Mais après quelques générations, ces francophones seront absorbés par le melting pot américain.

    1891: Montréal compte maintenant 182 695 habitants et Québec 63 090 (comparativement à 144 023 pour Toronto).

     

    1892: Pour la première fois, les Montréalais peuvent se déplacer en tramway électrique.

    1894: Louis Cyr soulève 4562 livres et devient l'homme le plus fort du monde! Les prouesses de ce légendaire homme fort demeurent encore aujourd'hui sans égal.

    1896 : Wilfrid Laurier est le premier Québécois élu à la tête du pays. Henri Bourassa est élu député libéral dans le comté de Labelle. Il se rallie à Laurier à condition de n'être pas obligé de voter comme le parti en chambre et que sa campagne électorale soit payée à ses frais.

    Histoire du QUEBEC
     Louis Cyr

    1897: Le gouvernement de Félix-Gabriel Marchand présente un projet de loi visant à créer un ministère de l'éducation indépendant de l'Église catholique. L'évêque de Montréal fait appel à Rome pour arrêter le projet, sans succès. La loi sera adoptée par les députés mais ensuite rejetée par le Conseil législatif composé d'une majorité de Conservateurs sensibles aux pressions épiscopales.

    1898: Un premier barrage hydro-électrique est mis en chantier à Shawinigan Falls.

    1899: Montréal est l'hôte du Championnat International de cyclisme.

    Histoire du QUEBEC
     
    1899 : Dans le cadre de la guerre des Boers le Premier ministre canadien Wilfrid Laurier et le jeune député québécois Henri Bourassa s'affrontent au sujet de la participation du Canada dans cette guerre.

    1900 : Fondation de la première caisse populaire par Alphonse Desjardins, aujourd'hui l'institution banquaire la plus populaire du Québec. L'objectif de Desjardins était de combattre l'usure et d'offrir un véritable instrument d'émancipation économique aux gens. Avec le tournant du siècle, plusieurs technologies modernes font leur apparition, comme l'automobile, l'électricité, le téléphone et le cinéma.


    1900: À Montréal, une émeute éclate en février et oppose les étudiants de l'université McGill, qui célèbrent la victoire britannique dans la guerre des Boers, aux étudiants francophones, qui protestent contre l'engagement du Canada dans les guerres impériales de la Grande-Bretagne.

    1904: Le policier montréalais Étienne Desmarteaux est le premier champion olympique québécois et canadien. Il obtient la médaille d'or de lancer du marteau aux olympiques de Saint-Louis.

    1904 : Henri Bourassa commence à plaider en faveur de l'utilisation du bilinguisme dans les institutions fédérales. Il appuie une motion d'Armand Lavergne mais celle-ci ne récolte presqu'aucun appui.

    1910 : Henri Bourassa fonde le journal Le Devoir.
    Henri
    Bourassa

    1910: Pour la première fois, une femme obtient un baccalauréat ès arts d'une université de langue française; l'Université de Montréal.

    1910: Arrivée de plusieurs immigrants en provenance d'Europe de l'est et du sud (Juifs, Italiens, Polonais, Russes, etc.), fuyant la misère, la famine et les persécutions. Malgré tout, Ottawa favorise une immigration anglophone en provenance du Royaume-Uni.

    1912: Le gouvernement fédéral remet au Québec l'Ungava (maintenant appelé Nouveau-Québec), augmentant ainsi de façon considérable sa superficie et faisant du Québec la plus grande province canadienne.

    1912: L'université McGill engage la première femme au pays à occuper le poste de professeur. Il s'agit de la botaniste Carrie Derrick.

    1914: Robert Macaulay, président de la société d'assurance Sun Life, pose la pierre angulaire du siège social de la compagnie à Montréal. Avec ses 26 étages, l'édifice sera, pendant des décennies, le plus haut de tout l'empire britannique. La compagnie déménagera son siège social à Toronto en 1979 pour intimider les souverainistes québécois.

    1914: Le navire Empress of Ireland coule dans le fleuve Saint-Laurent, causant la mort de plus de mille passagers.

    1914: La première guerre mondiale éclate. Les Canadiens-Anglais réclament la conscription mais le Québec la rejette en bloc. En guise de représailles, l'Ontario bannit le français de ses écoles. La police fédérale ratisse le Québec à la recherche des conscrits cachés. À Québec, la population révoltée incendie les bureaux de la police fédérale. Après 5 jours d'émeutes, un régiment de Toronto est dépêché sur les lieux et tire sur la foule: 5 morts et 70 blessés.

    1917 : C'est la conscription. Les militaires ouvrent le feu sur des manifestants en colère. Le départ des hommes pour l'Europe entraîne l'arrivée des femmes sur le marché du travail. Celles-ci coupent leurs cheveux et leurs robes, se débarassent de leurs corsets. Ce sont les débuts du féminisme.

    1918: On fonde au Québec la première station de radio au monde; X.W.A. Quatre ans plus tard, c'est au tour de CKAC, première station francophone sur Terre, sous l'égide de Douglas Fairbanks et Jacques N. Cartier.

    Montréal à vol d'oiseau


    1918: Grâce à la mobilisation des sufragettes, le gouvernement fédéral accorde le droit de vote aux femmes.


    Histoire du QUEBEC
     Lionel Groulx
    1918-25: Les années d'après-guerre correspondent au Québec, à un réveil et à un renouveau intellectuel. L'Université de Montréal ouvre ses portes en 1920. La pensée nationaliste canadienne-française du chanoine et historien Lionel Groulx nourrit les nouvelles élites des collèges classiques. On dénonce l'absence de monnaie bilingue, l'absence du français à Ottawa et le visage anglais de Montréal. Groulx déclare «Notre état français, nous l'aurons! À l'intérieur de la confédération si possible, à l'extérieur s'il le faut.»


    1919: Les premiers autobus entrent en fonction à Montréal.

    1921: Le KKK (Klu Klux Klan, une organisation de fanatiques protestants anti-noirs, anti-juifs, anti-catholiques et anti-francophones) est implanté à Montréal. On soupçonne certains de ses militants d'être à l'origine de plusieurs incendies criminels, notamment à la sainte cathédrale de Québec et à la maison de retraite des Sulpiciens d'Oka (entraînant des dommages estimés à 100 000$) ainsi que la destruction d'archives de la Nouvelle-France.

    1921: La première union de travailleurs, la Confédération des travailleurs catholiques du Canada, est organisée par l'Église québécoise pour contrer l'influence des unions américaines.

    1922: Alors âgé de 15 ans, Joseph-Armand Bombardier construit le premier protoype de son «autoneige». Son premier véhicule entièrement opérationnel sera assemblé en 1935. Un modèle plus petit et ultra-léger, baptisé la «motoneige», sera inventé en 1958 et mis en vente l'année suivante.

    Histoire du QUEBEC
     Joseph-Armand
    Bombardier

    1926: La pasteurisation du lait est finalement appliquée, ce qui entraîne finalement une baisse des taux de mortalité infantile.

    1927: Le privy council de Londres accorde le Labrador à Terre-Neuve, et ce malgré les revendications légitimes et historiques du Québec.

    1927: Montréal est la scène de l'une des pires catastrophes de son histoire. Un incendie mineur éclate au cinéma Laurier Palace durant une séance de l'après-midi et 78 enfants périssent la panique qui s'ensuit.

    1929 : La grande crise. Le Québec connaît le plus haut taux de chômage du Canada. On tente tant bien que mal de venir en aide aux miséreux. En ces temps difficiles, on assiste à la naissance d'un embryon de parti nazi en Ontario et au Québec. Heureusement, celui-ci ne prendra pas d'ampleur mais suscitera quand même de l'inquiétude chez les travailleurs juifs. L'université McGill donnera dans l'antisémitisme en refusant d'accepter des étudiants juifs de l'extérieur de Montréal, dans le but de limiter leurs nombres.

    1930: La Bolduc (Mary Travers de son nom de fille) devient célèbre avec la grande dépression économique. «Ça va v'nir, ça va v'nir, mais décourageons-nous pas» est son message d'espoir au peuple démuni. Sa musique séduit tout le monde et bientôt elle enregistre pas moins d'un nouveau disque à chaque mois. Elle décrit avec génie et humour les événements de l'époque: les nouveaux ballons dirigeables, les quintuplés Dionne, le rapt du fils Lindberg, Hitler et la guerre, etc. Ses chansons dénoncent la pauvreté et le chômage et revendiquent plus de liberté pour les femmes. Premier auteur-compositeur-interprète de haute stature au Québec, La Bolduc demeure encore aujourd'hui une artiste unique et incomparable.

    1931 : L'Ontario et le Québec s'opposent au rapatriement de la constitution, craignant qu'une nouvelle constitution canadienne donne trop de pouvoirs au gouvernement fédéral. La même année, Londres accorde au dominion du Canada le Statut de Westminster, reconnaissant ainsi sa pleine souveraineté.

    1931: Le Québec est de plus en plus urbain. Environ 60% de sa population habite maintenant la ville. Ce phénomène est dû à un très haut taux de natalité et à une surpopulation des fermes. Bien que les quartiers riches bénéficient de la plupart des services modernes comme l'eau courante, l'électricité et le téléphone, les quartiers ouvriers populaires (majoritairement francophones) ont la vie dure et les taux de mortalité infantile y sont affreusement hauts. Au tournant du siècle, un enfant montréalais sur quatre meurt avant l'âge d'un an. Cela fait de Montréal la deuxième ville la plus malsaine du monde après Calcutta! Des milliers d'enfants de 14 à 16 ans sont exploités dans les usines comme la «Dominion Textiles» où ils reçoivent 10$ pour 55 heures de travail hebdomadaire.

    1935: Le docteur Wilder Penfield fonde l'Institut neurologique de Montréal. À la recherche d'un remède contre l'épilepsie, ses recherches sur le cerveau humain allèrent plus loin que tout ce qui avait été fait à l'époque et permirent de révéler les fonctions spécifiques des diverses régions du cerveau jusqu'alors inexplorées.

    1936 : Adoption de la monnaie bilingue au Canada (il était temps!)

    1937: Le décès du frère André, réputé comme ayant des talents de guérisseur, attire un million de personnes à l'Oratoire Saint-Joseph. Des trains spéciaux sont mis sur pied aux États-Unis pour amener les pélerins à Montréal.

    1937: Le 17 juin, le docteur Norman Bethune, chirurgien de Montréal et l'un des premiers à préconiser un régime public d'assurance maladie, est accueilli en héros à son retour d'Espagne où il dirigeait le corps médical de l'armée républicaine durant la guerre civile. Il a révolutionné la médecine de guerre en pratiquant des interventions chirurgicales à quelques mètres du front et en créant la première unité mobile de transfusion de sang. Bethune repart bientôt pour se joindre à la résistance chinoise contre l'envahisseur japonais. Il succombe d'une septicémie en Chine en 1939.

    1938: Le docteur Armand Frappier fonde l'institut de microbiologie et d'hygiène de Montréal (qui sera rebaptisée en son honneur en 1975). En 1945, il fonde la première école d'hygiène de langue française au monde. Il est connu pour ses travaux de recherche sur la résistance aux infections et à la maladie.

    1939: Adoption des nouvelles armoiries du Québec et de la devise «Je me souviens».

    1940 : Grâce au combat de Thérèse Casgrain, Idola Saint-Jean et des suffragettes, les Québécoises ont dorénavant le droit de vote. Vaut mieux tard que jamais! Le Premier ministre libéral Adélard Godbout réussit à taire l'opposition des évêques en menaçant de démissionner (il aurait alors été remplacé par l'anticlérical T.-D. Bouchard).

    1940: Le jardin botanique de Montréal ouvre ses portes, le rêve du brillant botaniste québécois, le frère Marie Victorin.

    Histoire du QUEBEC
     Camilien Houde
    1940: C'est la seconde guerre mondiale et le Premier ministre canadien Mackenzie-King, malgré sa promesse au Québec, adopte une mesure qui force tous les citoyens à s'enregistrer. Le maire de Montréal, Camilien Houde, voit cette mesure comme un premier pas vers la conscription (avec raison), la dénonce publiquement et encourage les citoyens à ne pas la respecter. Il est jeté en prison et y demeurera quatre ans, sans procès. Il faut comprendre que les gens de l'époque ne s'opposaient pas à la participation du Canada à la guerre, et les soldats Canadiens-Français étaient traités en véritables héros. Les gens s'opposaient à la conscription elle-même, cette loi qui les force à aller se battre outre-mer au nom de la couronne britannique.



    1942: La seconde guerre mondiale s'intensifie. Mackenzie-King organise un référendum sur la conscription pour se libérer de sa promesse. Le Canada anglais vote OUI, alors que le Québec vote massivement NON. Évidemment, King décrètera la conscription sans tenir compte de l'opinion des Québécois. Le président américain Roosevelt, suggère à Mackenzie-King un projet d'assimilation des francophones du Québec et de la Nouvelle-Angleterre. Pendant l'été, des U-boats allemands pénètrent dans le fleuve et torpillent plusieurs bateaux.

    Avec la deuxième guerre, le chômage disparaît au profit de l'industrie de guerre qui utilise une importante main d'œuvre féminine. La profession d'infirmière se développe rapidement et plusieurs femmes la choisissent. On installe des prisons militaires au Québec pour les soldats allemands capturés. Des sous-marins allemands s'aventurent dans le fleuve Saint-Laurent et torpillent une vingtaine de navires.

    Histoire du QUEBEC
     La guerre!

     

    Histoire du QUEBEC
     Roosevelt et Churchill
    à Québec
    1943: Conférence de Québec entre le Premier ministre britannique Winston Churchill et le Président américain Franklin Roosevelt. C'est dans notre capitale que les deux chefs discutent du fameux débarquement de Normandie, nom de code «Opération Overlord». Ils discutent également d'un débarquement en Italie pour diminuer la pression sur l'Union soviétique au front Est.

     

    1943 : C'est le début le l'instruction obligatoire pour les enfants de six à quatorze ans. La même année, le Québec demande par décret la restitution du Labrador.

    1944: Le Québec ré-élit à sa tête Maurice Duplessis, chef de l'Union Nationale, qui réclame plus de pouvoirs pour les provinces. Bien qu'il ne soit vraiment pas un admirable démocrate (comme le démontrent son opposition aux syndicats et le traitement qu'il réserve aux circonscriptions libérales), Duplessis s'engage dans une politique d'électrification des campagnes, fait construire écoles et hôpitaux et donne à la province de Québec, enfin, son drapeau, inspiré des anciens symboles de la Nouvelle-France.

    Drapeau du Québec

    1944: Création d'Hydro-Québec par le gouvernement québécois.

    Après la guerre, c'est une grande vague d'immigration au Québec. Ces gens viennent principalement d'Europe, ce sont des Italiens, des Juifs, etc.

    1946: Jackie Robinson entre dans les rangs du club de baseball des Royaux de Montréal, la ligue mineure affiliée aux Dodgers de Brooklyn. Robinson conquit le coeur des Montréalais lors des parties du stade Delorimier et devient le premier joueur noir du baseball professionnel. Plusieurs années plus tard, Robinson déclara qu'il n'aurait jamais réussi sa brillante carrière sans la force qu'il tirait de ses partisans montréalais.

    1948: Le peintre Paul-Émile Borduas et ses amis signent le Refus global qui dénonce le conformisme artistique et moral au Québec et la corruption de l'Église catholique. Quatre cents exemplaires du manifeste sont distribués. Par représailles, Borduas est renvoyé de son poste de professeur à l'École du meuble de Montréal.

    Histoire du QUEBEC
     Paul-Émile
    Borduas

    1954: Jean Drapeau est élu une première fois à la mairie de Montréal contre Camilien Houde. Le jeune avocat a acquis une certaine notoriété à titre de procureur d'une enquête publique qui a fait la lumière sur la corruption du régime de Houde. L'enqête, déclenchée par le congédiement du procureur de la police municipale, Pacifique Plante, a duré quatre ans.

      1955 : Maurice (Le Rocket) Richard, joueur-vedette de l'équipe de hockey les Canadiens de Montréal est suspendu. Enragés qu'on ait ainsi traité ce véritable héros national, les spectateurs bombardent le président le la LNH de projectiles pendant la partie Canadiens-Red Wings. Une bombe lacrimogène explose et une véritable émeute éclate au Forum.

    1957: Fondation de l'Alliance laurentienne, qui prône l'indépendance du Québec.

    1959: Inauguration de la voie maritime du Saint-Laurent par la reine Elizabeth II et le président américain Dwight Eisenhower en présence de 15,000 personnes, à l'écluse de Saint-Lambert.

    1959: Montréal compte deux millions d'habitants. La population a doublé en moins de 20 ans!!




    PÉRIODE SUIVANTE:

    Le Québec moderne: 1960 à aujourd'hui

    L'histoire du français québécois

    Plan du site

     AUTRES PAGES DE CE SITE PORTANT SUR LE QUÉBEC DE 1867 À 1960:

    4.01) Ô CANADA!
    4.02) Le rassemblement de novembre 1885 au Champ de Mars
    4.03) 1885: Montréal au bord de la guerre ethnique
    4.04) Honoré Mercier, Premier ministre du Québec
    4.05) L'identité canadienne selon Wilfrid Laurier
    4.06) Henri Bourassa et le nationalisme canadien
    4.07) Guerres et conscriptions
    4.08) Lettre du président Roosevelt
    4.09) Les Nazis envahissent le fleuve
    4.10) 19 août 1942: débarquement de Dieppe
    4.11) Maurice Duplessis, Premier ministre du Québec
    4.12) Le drapeau et les armoiries du Québec
     sources : http://www.republiquelibre.org/cousture/QUEB.HTM

     

    « l'Histoire du Bas-Canada...( II )O CANADA... ( IV ) »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :